Les événements

Séance dédicace par Alphonse Tierou à l'UNESCO

son-excellence-madame-denise-houphouet-boignyUn grand succès pour la séance dédicace à l'Unesco, avec la participation de Son Excellence Madame Denise HOUPHOUET-BOIGNY, pour la présentation du livre d'Alphone Tierou " Alphabet " de la danse africaine "Of African Dance " !

Quelques articles sur le net : Afriqueredaction.comNews ABIJAN.NET, APRELIA.org, La DEPECHE D'ABIDJAN

 

Videos de la séance dédicace et interviews d'Alphonse Tierou

 

dedicace-alphonse-tierou-unesco

Alphonse Tierou dédicace son livre à l'UNESCO le 20 mars 2015 à 17h30 - Salle "Le Cercle des Délégués" 1, rue Miollis 75015 PARIS - Metro Ségur

Cette action de l'Unesco s'inscrit dans le cadre de sa mission promouvoir l'art contemporain des sociétés postcoloniales.

Ce qui caractérise Alphonse Tiérou est son regard nouveau posé sur les productions artistiques africaines, sa volonté de s'approprier un domaine jusqu'alors ignoré ou étudié uniquement par des Occidentaux. Soucieux des menaces qui pèsent sur l'art africain, qu'il juge "parfois mal défendu en Afrique même, souvent peu connu ou incompris en Occident", il a entrepris en 1968 une série de voyages et d'enquêtes pour parfaire ses connaissances en danse auprès des différents peuples. Il s'est lancé depuis  cette date dans une analyse technique des danses africaines. Il a mis en évidence l'existence de dix mouvements de base comme la position "Doople".  Parallèlement, dans plusieurs villes de France et d'Afrique, il a entamé un cycle de conférences consacrées aux masques et à la statuaire dont les significations profondes lui permettent d'éclairer les fondements esthétiques, spirituels et sociaux de la danse. Par ces travaux de recherche, il ancre la danse africaine dans sa dimension créative, artistique et évolutive et en fait une discipline artistique à part entière,  au même titre que les danses  moderne, classique contemporaine, jazz… Il déplore l'absence de réflexion des Africains sur leur domaine chorégraphique. Il souligne le danger de cette lacune qui pourrait aboutir à un dépérissement du patrimoine culturel. Il affirme que la danse africaine est riche et qu'elle ne doit pas rester enfermée dans le ghetto des traditions folkloriques ou alors être substituée àd’autres conceptions de l’art dont l'approche  lui est complètement différente.

Alphonse Tiérou à l'UNESCO : En 1988, il est nommé consultant de l'Unesco pour la recherche sur la danse en Afrique.  En avril-mai 1992, il est le maître d'œuvre d'une exposition didactique et itinérante intitulé "Doo-plé, la grande danse africaine", qui est présentée à l'Unesco (La presse française fait un écho important à l'exposition de Tiérou à l'Unesco)  Ses ouvrages  comblent l'absence jusqu'alors de "formalisation écrite" de la danse africaine.

MÉDIAS Accrédités : 

  • RADIOS /TV : Invitation sur la chaîne Africa 24 à l'émission "Entretien du Jour", France 24, Radio Rfi, France Culture, 3 A Télésud, TV 5
  • PRESSE : Africulture, Le Monde, Libération, Jeune Afrique, Le Continental, Les Enjeux Africains, Pouvoir d'Afrique, Matalana
  • Presse Côte d’Ivoire : Fraternité Matin, L'Intelligent d'Abidjan, Le Nouveau Réveil, Le Temps, Côte d'Ivoire FM, La dépêche d'Abidjan, EventsNews, Diasporas News, Diaspoa TV, Radio Télévision de Côte d’Ivoire