La presse parle des livres d'Alphonse Tierou

directabidjan.com

« Paroles de Masques... De  la danse en littérature [...]. Dans ce perpétuel spec-tacle sans précédent, Alphonse Tierou parvient à capter, à travers la description d’infimes détails, toute l’attention du lecteur. Tout est prétexte à une explication. L’origine des peuples de l’Ouest, la vie sentimentale (et sexuelle) des porteurs de masques, leur vie professionnelle, la spiritualité, la philosophie qu’ils incarnent, etc. Une œuvre luxueuse et sincère qui tourne le dos aux facilités et aux laisser-aller. Un livre d’un inflexible bon goût à lire… absolument. »
lire la suite...

Zacharie Acafou, « Paroles de Masques... De  la danse en littérature », DirectAbidjan.com, 25 juin 2010.

 

evene.fr

« Avec la parution de Dooplé, loi éternelle de la danse africaine, les bases théoriques de la danse africaine ont été posées pour la première fois par écrit, offrant ainsi une assise inédite à la création chorégraphique contemporaine. [...] Alphonse Tierou, le père de la théorisation de la danse africaine, défend une voie pertinente. Utiliser le vocabulaire traditionnel et emprunter aux autres pour créer de nouvelles oeuvres contemporaines et vivantes, c'est là, et non dans une répétition muséale de l'art que se trouve l'avenir de la danse africaine. »

Aurélie Louchart, « Une danse, un style : danses africaines », Evene.fr, décembre 2009.

 

danser

« On doit à Alphonse Tierou pas mal de choses dans le domaine de la danse africaine. [...] Avec ce nouveau livre au titre percutant, Si sa danse bouge, l’Afrique bougera, il précise sa position, ses convictions, ses attentes, avec un formidable optimisme, ouvrant sans crainte un épineux dossier : celui de la danse africaine face à l’économie. »

Jean-Claude Diénis, « Réflexion sur la danse africaine », Danser, avril 2002.

Dooplé - Loi éternelle de la Danse Africaine :

“Méconnue en Occident, la danse africaine traditionnelle trouve en Alphonse Tierou un chantre inspiré et savant. Lisez ce livre, vous pénétrerez au cœur de l'Afrique, dans un monde fou, fou, où le mouvement est roi.”

Les Saisons de la danse n°205, 15 septembre 1989.

Dooplé - Loi éternelle de la danse africaine :

“Par cet ouvrage, Alphonse Tierou voulait garder vivant un enseignement oral dont les jeunes africains sont peu à peu coupés. Mais son expérience concerne tout autant les Occidentaux, car l'harmonie entre soi et le monde que célèbre la danse africaine est une dimension qu'ils ont en général malheureusement perdue.”

Jeune Afrique n°1476, 19 avril 1989.

Dooplé - Loi éternelle de la danse africaine :

“Alphonse Tierou, chercheur chorégraphe, écrit comme il parle : avec ampleur. Il relie ses études à l'histoire, à la géographie. C'est savant tout en restant simple. Ce livre donne une furieuse envie de danser.”

Le Monde, 25 décembre 1998.

Le nom africain ou langage des traditions :

“Sur un sujet en apparence austère et spécialisé, celui de la signification des noms africains, une recherche où jaillissent la poésie et le symbolisme des traditions orales.”

Jeune Afrique n°897, 15 mars 1978.

Ségoulédé :

“On tombe d'admiration devant la fluidité du style et la rigueur de la langue. Spécialiste de la danse et des masques africains, lui même issu d'une famille porteur de masques – de surcroît de Sagesse –, Alphonse Tierou a toujours paru comme un grand défenseur de ‘la culture de masque’. En portant aujourd'hui un regard critique sur cette culture éminemment rigide, il pose un acte audacieux !”

Fraternité Matin (Côte d'Ivoire), 12 avril 1994.

 

         

Informations supplémentaires